Côte de Nacre magazine. Edition 2017/2018 - page 17

BIEN AVANT LE MOYEN AGE .
Avant et pendant une grande partie du Moyen Age, les boulangers
étaient obligés, pour faire du pain, de tamiser la mouture grossière
provenant du blé, de l’orge, du seigle…De là vint le nom de Talmelier
ou Talemenier. C’est à cette époque lointaine ou l’idée religieuse
était très liée à tous les actes de la vie quotidienne que les diverses
communautés des Arts et Métiers commencèrent à se réunir en
confréries, se plaçant sous la protection d’un Saint. Sous Saint Louis,
le premier patron des Talmeliers fut Saint Pierre, puis Saint Lazare,
le patron des lépreux parce que les boulangers, de par leur exposition
au feu, se croyaient plus que tout autre exposés à contracter la lèpre.
En 1202, le boulanger Renold Theriens fit cadeau de neuf arpents de
terre pour construire une chapelle dédiée à Saint Honoré, évêque
d’Amiens. C’est le début de la célèbre collégiale Saint Honoré ou, vers
l’an 1400, les boulangers de Paris établissent leur Confrérie. Outre
les cérémonies religieuses en grand apparat, les Confréries bou-
langères étaient à cette époque très réglementées : Les Talmeliers
étaient tenus, sous peine d’amendes parfois sévères, d’assister
à certains offices, d’y faire don de cierges mais aussi de pains à
l’intention des pauvres. Les Talmeniers seront des hommes respectés
qui bénéficieront de nombreux privilèges. Leur situation sera parfois
délicate lors des périodes de famine.
De nos jours, le boulanger reste dans le village le point d’ancrage de
la population : même la plus petite commune souhaite conserver
son boulanger ou en posséder un si elle n’en n’a pas. Très conscients
de cet état d’esprit et de la sensibilité de leurs concitoyens, les bou-
langers d’aujourd’hui ont voulu renouer avec la tradition de leurs
ancêtres.
A Luc-sur-Mer on a le sens de l’accueil . Les Chevaliers de la Baleine en sont le parfait exemple. Pour la seconde
fois ils ont reçu les Talmeliers du bon pain du Calvados, confrérie créée en 2011 sous l’impulsion d’une poignée de
personnes avec à sa tète Daniel Roussel qui en est devenu le GrandMaitre. L’objectif est de défendre et de promouvoir
un produit local ou régional. Mais pour mieux comprendre, il faut se plonger dans l’histoire de cette confrérie.
TALMELIERS DU CALVADOS : SECOND CHAPITRE
La Confrérie des Talmeliers du bon pain s’engagent à faire connaitre,
aimer et défendre le pain à travers les siècles, source de vie : àmettre
en valeur le pain dans la gastronomie Française : à se définir comme
les ambassadeurs du pain de tradition Française : à promouvoir les
innovations, encourager et développer la recherche de la qualité,
du pain de tradition en particulier, des spécialités boulangères
qualitatives par le biais de concours et de fêtes itinérantes qui ont
lieu chaque année : à entretenir entre les membres des sentiments
d’amitié, d’entraide, d’honneur et de désintéressement ! C’est ce que
s’efforce de faire la Confrérie des Talmeliers du bon pain du Calvados
créée, nous l’avons dit, en 2011. Le premier grand chapitre avait eu
lieu en 2015, à Luc-sur-Mer avec la participation d’une trentaine
de confréries venues de toute la France. Ce fut une réussite et la
Confrérie a récidivé le 8 avril dernier accueillant trente deux confré-
ries venues de tout l’hexagone et même de Belgique. Le défilé n’est
pas passé inaperçu sur la digue à Luc ou encore dans le parc de la
mairie d’autant plus que les Talmeliers étaient accompagnés par la
Confrérie des Chevaliers de la Baleine et le Semi Jazz Band de Luc.
Et comme aiment à le répéter les Talmeliers « Les Confréries sont
réservées à ceux qui aiment la joie de vivre, la bonne chair et les
produits que le terroir met à la disposition des fins palais.
La messe est dite… !
C
ôte
de
N
acre
M
agazine
• 17
LUC-SUR-MER
QUAND LES CHEVALIERS DE LA BALEINE
ACCUEILLENT LES TALMELIERS DU BON PAIN
Les Talmeliers du Bon Pain
Les Chevaliers de la Baleine
1...,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16 18,19,20,21,22,23,24,25,26,27,...40
Powered by FlippingBook